School Stories

Qu'est-ce qui fait qu'une école soit internationale ?

 

    Depuis peu , la liste des établissements scolaires des principales villes du pays abonde d'écoles portant la mention "international".   C'est une nouveauté au Cameroun où, des décennies durant, les parents souhaitant s'extraire du programme éducatif national avaient juste les options des lycées français et des écoles américaines.

   Fondé en 1967 par la mission française de Yaoundé, le lycée Fustel de Coulanges fut le second établissement à proposer une éducation couronnée par un diplôme étranger. Homologué par le ministère français chargé de l'éducation nationale, il emploie essentiellement des fonctionnaires publics français dépêchés spécialement pour y exercer. Toutefois, l'établissement recrute aussi parmi les Français binationaux ou les conjoints d'expatriés préalablement installés au Cameroun pour d'autres raisons.

      En 1972, la ville de Douala se dota à son tour de son lycée français : Dominique Savio. Tout comme celui de Yaoundé, il offre une éducation des cycles maternel, primaire et secondaire du programme officiel de Français.  

 

 

    Bien avant les élèves de langue française, les anglophones résidant au Cameroun ont eu une option étrangère au système national. Depuis 1964 l'American school of Yaoundé (ASO) offre le cycle américain 13 k correspondant aux treize années d'études de maternelle en terminale. L'école située sur un campus d'un hectare acquis au quartier du Lac Central à l'ancienne ambassade de Russie abrite par ailleurs le club américain. Le directeur de l'ASO nommé par l'ambassadeur des États-Unis en poste à Yaoundé est un éducateur nord-américain tout comme la presque totalité du corps enseignant. 

  Cela occasionne des frais de scolarité particulièrement dispendieux. Depuis toujours l'ASO est au sommet des écoles les plus chères du pays. À la rentrée scolaire 2021-2022, elle affichait des frais d'écolage de 24 000 $ dollars américains soit près de 15.000.000 (quinze millions) de francs CFA annuels pour la classe de terminal. Les parents des lycées français déboursant 7.000.000 (sept millions) de francs CFA pour la même classe font presque figure de "pauvres" en comparaison. 

    L'ouverture économique et politique des années 2000 a engendré la création d'une ribambelle d'écoles dites internationales. Les étrangers résidant au Cameroun, issus de pays de plus en plus variés, ont souhaité une diversité équivalente d'écoles internationales. À eux, se sont joints les immigrés camerounais de retour au pays puis des nationaux souhaitant tester de nouveaux horizons. Des entrepreneurs opportunistes y ont vu un filon à explorer. C'est ainsi qu'a vu le jour une foison d'établissements se targuant à tort ou à raison du qualificatif international. 

 

"Qu'est qui octroie à une école le statut d'internationale ?"


L'épithète internationale ne suffit pas ; ni les frais de scolarité onéreux , ni le drapeau ou le nom d'un pays étranger sur le Logo ou la présence de quelques expatriés dans l'équipe dirigeante. D'après l'encyclopédie en ligne Wikipédia une école qui propose un programme d'enseignement autre que celui du pays où elle est située peut-être qualifiée d'internationale. C'est le cas au Cameroun des deux lycées français cités plus haut ainsi que de l'école le Flamboyant ouverte en 1986 à bastos ,Yaoundé toutes trois homologuées par l'agence de l'enseignement français à l'étranger . C'est le cas de l'american school of Yaoundé de l'école américaine Rain Forest de Yaoundé et de l'école américaine de Douala -Bonanjo bien que cette dernière ait une promotrice privée locale.

 

 

   La chaîne Turque d'écoles Maarif schools ,possédant des campus à Yaoundé ,Douala et Ngaoundéré bien que n'offrant pas le programme éducatif de de son pays d'origine n'en n'est pas moins une école internationale . En effet ,  elle dispense le Cambridge Program . Ce dernier , avec le Programme de Baccalauréat international sont les deux options les plus populaires dans les écoles internationales du monde . Elles ne sont soumises à la tutelle officielle d'aucun pays mais ont l'avantage de modèle standard pouvant être retrouvé dans les quatre coins du globe . Ainsi les enfants des fonctionnaires internationaux et autres diplomates ,contraints de suivre leurs parents dans les missions à l'étranger ne sont pas totalement dépaysés .

Pour adhérer à l'un de deux réseaux, une école doit remplir un cahier de charge en plus de s'acquitter de frais annuels de membres. Ce qui provoque une inflation substantielle de l'écolage pour les parents. Parmi les écoles de cette catégorie, outre Maarif schools on peut citer les écoles Enko de Yaoundé et Douala, The bridge international school , British isles international school, Russian international school Galaxy .

 


    Nombre d'écoles évoquant des pays étrangers ou arborant les couleurs de ces pays proposent toutefois uniquement le programme national.Si les frais de scolarité ne sont pas un critère pour se ranger dans la catégorie des écoles étrangères , il s'avère que le respect des cahiers de charges et les frais annuels de membres ont un impact substantiel transmis aux parents .Nombre d'écoles évoquant des pays étrangers ou arborant les couleurs de ces pays proposent toutefois uniquement le programme national. 

                                                      

                      Maestro Belo